Renaissance et Réforme

La chasse était la grande passion du roi Louis XI. Il avait deux principaux territoires de chasse se trouvant tous les deux en Touraine.
Le premier était autour de son château du Plessis et la prairie actuelle de la Gloriette (près de Tours) en ce temps boisée et marécageuse. Le second était notre forêt de Chinon où le gibier foisonnait.
Le roi s'y était réservé trois rendez-vous : l'un était le petit castel de Bonaventure (commune de Huismes), l'autre se trouvait au bourg de Rigny (le roi avait une dévotion particulière pour Notre Dame de Rigny), mais son préféré était les Forges à Saint Benoit, où l'un de ses serviteurs, Jean Venault, possédait un manoir modeste mais situé sur un terroir particulièrement giboyeux.

Louis XI venait fréquemment s'installer aux Forges avec sa petite cour (cinq à six personnes maximum) chassant le jour et employant une partie de la nuit aux affaires du royaume.
Toujours méfiant, il avait fait entourer la demeure de deux cents chausses-trappes aux pointes acérées mais ne connaissait plus le danger quand il fallait "foncer aux travers des halliers" à la poursuite du cerf.

Pour chasser le roi avait de bons chevaux, en achetant partout "quoy qu'il en coustat" et des faucons qu'il faisait venir de Valence, mais il était surtout envieux des chiens rares "en Espagne acheptait des allans (dogues), en Bretagne des lévriers et des épagneux, en Provence autres petits chiens velus qu'il patait plus cher que les gens ne le voulloient vendre, car leur poil rude n'était pas offensé par les ajoncs de Touraine".
Ses chiens, "Cher Amy", "Artus", "Parys" (et son chef de meute, le célébre Souillard), il les faisait brosser, soigner quand ils étaient malades (on leur appliquait des lavements, emplâtres et poudres). Ils couchaient sur des paillassons dressés sur des chalits, et portaient des colliers ornés de rubis. Un jour, l'un d'eux étant tombé malade aux Forges, le roi le fit transporter dans une litière à Rivarennes. De là, un bateau l'emmena à Tours où les médecins du roi durent le soigner...

Après avoir dépeuplé la forêt, il voulut y remettre du gibier. Des perdrix capturées à Bréhémont furent ainsi lâchées aux abords des Forges ainsi que des lièvres apportés de Thouars dans des cages suspendues aux flancs de chevaux.
Pour le gros gibier, en septembre 1478, on léâcha dans les taillis "plusieurs bêtes noires" provenant de la forêt d'Amboise. Mais il en faisait venir de bien plus loin.
"Aux pays de Danemarche et de Suève, nous dit le chroniqueur Commynes, il envoya quérir deux sortes de bêtes : les unes s'appellent hellenz (élans) et sont de corsage de cerfs, grands comme des beuffles, les cornes courtes et grosses ; les autres s'appellent rangiers (rennes), qui sont de corsage et de couleur de daim, sauf qu'elles ont les cornes beaucoup plus grosses. J'ai vu un rangier porter cinquante-quatre cors"...

L'âge venu, bien qu'usé il chassait encore. "Un jour de l'an 1479, estant aux Forges, à son disner, lui vint une percution (apoplexie) et perdit la parolle. Il fut levé de table et tenu près du feu par ses valets, et les fenestres clozez et combien qu'il s'en vouloist approcher on l'en garda car ils cuydoient bien faire"...
"Sur l'heure, Monseigneur de Vienne (Angelo Cato), qui estoit son médecin, luy bailla un clistère et fist ouvrir les fenestres. Incontinent quelque chose de parolle lui revint et du sens et monta à cheval et retourna aux Forges car ce mal lui print en une petite paroisse (chapelle de St Benoit) "ung car d'heure de là où il estoit allé ouir la messe".
Quelques jours après, une fois remis "il commença à s'enquérir de qui estoient ceulx qui l'avaient tint par force devant le feu. Il luy fust dit. Incontinent les chassa de sa maison et ne voulust plus les voyr".

On peut s'étonner de cette sévérité envers des gens "qui cuydoient bien faire". C'est là qu'on constate chez Louis XI sa peur continuelle d'éêtre assassiné sans compter le souvenir des derniers moments de Charles VII son père qui refusait de manger et que ses domestiques nourrissaient de force !

Du manoir des Forges si souvent fréquenté par le roi Louis XI il ne reste plus aujourd'hui grand-chose. Un pan de mur en briques et pierres formant encoignure, une vielle cheminée sans ornements, le tout englobé dans une demeure rurale bâtie au XIXe siécle avec les débris du manoir. On pourrait passer cent fois devant sans rien remarquer, si ce n'est une plaque rappelant le passage du roi posée sur le mur près de l'entrée.

Louis XI, grand chasseur devant l'éternel eut quand même le mérite d'assurer la paix du royaume. Ses successeurs, Charles VII, Louis XII, François Ier, s'ils bataillèrent en Italie, continuèrent son oeuvre et après le cauchemar des guerres anglaises le pays put jouir d'une sécurité et d'une prospérité qu'il n'avait pas connues depuis deux siécles avec Saint Louis.

Nobles et bourgeois voulurent alors se donner du bien-éêtre et bâtirent des demeures plaisantes. Ils rivalisèrent de magnificence et firent travailler maçons, sculpteurs, ferronniers, tapissiers, jardiniers pour édifier des logis clairs et confortables.
Une multitude de gracieux manoirs, sobres de décoration, mais purs de lignes couvrit alors notre région. Trois de ces châteaux se détachent par leur importance et leur histoire : Azay le Rideau, l'Islette (à 2km d'Azay) et Rigny Ussé.

Nous contacter

Info mairie St BenoitVous souhaitez poser une question ou nous faire part d'un commentaire, n'hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contact

Newsflash

panneau stop bruit

Moins on fait de bruit, mieux on s'entend...
Les beaux jours venus, les familles occupent les terrasses, les jardins, le bord des piscines, parfois tard le soir. Il est demandé à tous, aux parents en particulier, de faire en sorte que les nuisances sonores restent limitées.
Il en est de même pour les nuisances liées au bricolage et au jardinage, ainsi que pour les aboiements incessants de chiens qui doivent être évités ...

En savoir plus

Nous contacter

Info mairie St BenoitVous souhaitez poser une question ou nous faire part d'un commentaire, n'hésitez pas à nous contacter en cliquant sur le lien ci-dessous.

Contact

Droit d'accès

Toute personne citée ou photographiée sur ce site dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant (Loi n° 78-17 du 06/01/78...)

Plus de détails

Site Login